Dans notre société, on accorde malheureusement peu de place à l’épreuve du deuil. Nous sommes pourtant tous confrontés un jour ou l’autre à vivre une situation de deuil que ce soit suite à la perte d’un être cher, ou bien suite à un échec sentimental, professionnel, personnel ou encore face à une grave maladie.

Passé le choc du début, nous sommes souvent amenés très vite à ne plus pouvoir exprimer notre chagrin or il est important de pouvoir s’accorder le droit de pleurer, de crier aussi fort et longtemps que l’on en a besoin.

Résultat de recherche d'images pour "comemo deuil larme"

Cette émotion est plus que nécessaire et vitale car pour revenir à la vie, “il faut aller à travers le chagrin, avancer dans son deuil et l’intégrer”, affirme la psychanalyste Marie Frédérique Bacqué.

Nous ne sommes plus les mêmes après la perte d’un être cher et bien que nous tentions de nous remettre, on ne peut pas redevenir ce qu’on était avant. On a souvent tendance à entendre dire qu’il faut « faire avec » alors qu’il faut justement essayer de « faire sans » et autrement, apprendre à vivre avec le manque car la perte nous transforme à tout jamais.

“Accepter ce qui est, c’est parfois n’avoir pas d’autre choix que de faire le deuil de ce qui était, de ce qui aurait pu être, de ce qui aurait dû être, pour vivre aussi pleinement que possible la réalité de l’instant présent et tenter de lui donner du sens.” Rosette Poletti et Barbara Dobbs

En tant qu’art-thérapeute, j’accompagne ce travail de deuil créativement en permettant à la personne de trouver le chemin et le rituel idéal qui puisse l’aider à apaiser sa souffrance pour laisser petit à petit la vie reprendre son cours.

 

Comment passer du deuil à la création ?

« Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit » disait Khalil Gibran.

Retrouvez mon entretien pour Une Rose Blanche sur mon métier d’art-thérapeute et mon accompagnement face au deuil.

error: